Question

Newsletter

Diagnostic

METTRE EN PLACE LES ACTIONS


Identifier les faiblesses et les actions à mettre en œuvre

Sur base des informations collectées lors des étapes précédentes, il est possible d’identifier les faiblesses de la gestion actuelle au sein de l’entreprise (éventuelles non-conformités réglementaires, manquements ou dysfonctionnements, améliorations possibles en termes de gestion, difficultés au niveau de la participation et de l’adhésion du personnel…) et inventorier les actions pertinentes à mettre en place pour remédier aux problèmes identifiés.

Au final, cet exercice aboutira probablement à un nombre d’actions trop important pour pouvoir envisager de les réaliser toutes simultanément. Ainsi, il conviendra de hiérarchiser ces actions afin de déterminer celles qui seront mises en œuvre prioritairement parmi la liste présentée.

La méthode de hiérarchisation permettant d’apprécier une action comme étant plus importante qu’une autre doit être établie en fonction des attentes de l’entreprise et de la politique interne qui y est menée.

Les critères intervenant dans la hiérarchisation peuvent être, notamment : la mise en conformité règlementaire, le coût de mise en œuvre de l’action, le gain environnemental et/ou financier, l’image de marque, l’importance de l’impact (fréquence, intensité), les moyens humains à développer, le délai…

Notons qu’il convient généralement de considérer la mise en conformité règlementaire comme un critère primordial de hiérarchisation.

Après avoir choisi les différents critères qui interviendront dans la méthode de hiérarchisation, il faudra définir quelle sera votre propre méthode. La plus simple est sans doute d’appliquer à chaque critère un système de cotation et ensuite d’additionner les valeurs attribuées à ces critères. Le résultat obtenu permettra de classer les actions, celles ayant obtenu le plus de points étant les actions prioritaires.

Concentrez-vous dans un premier temps sur les postes les plus consommateurs, sur les actions les plus faciles à mettre en œuvre et nécessitant un budget limité… ou ayant des résultats rapides et visibles.

Fixez-vous des objectifs réalistes, chiffrés et mesurables au moyen d’indicateurs de performance. Ces objectifs peuvent bien entendu être d’ordre qualitatif ou quantitatif.

Rappelez-vous qu’il ne sert à rien de prévoir des investissements lourds si par exemple l’utilisation de l’eau se fait en dépit du bon sens (gaspillages, fuites…). Il est donc indispensable d’impliquer l’ensemble des travailleurs dans les démarches et d’accompagner le projet d’une campagne d’information et de sensibilisation.

Planification

L’établissement d’un programme d’actions (après hiérarchisation) permet de formaliser les décisions visant à améliorer la gestion environnementale de l’entreprise.

Cette étape consiste à :

  • déterminer les moyens disponibles au niveau humain (nombre de personnes, nombre d’heures…), financier, technique…
  • répartir les responsabilités en désignant directement la (ou les) personne(s) ou la fonction concernée
  • établir un calendrier de réalisation en y consignant les dates limites de mise en œuvre

Il est important de tenir compte ici d’éventuels délais de livraison d’équipements ou de l’intervention de sociétés extérieures.

Pour établir un programme d’actions cohérent, il est important de prendre en considération les avis et informations des différents services concernés de votre entreprise de manière à obtenir des estimations de coûts, de niveaux de performance ou de bénéfices attendus. Consultez également des professionnels du secteur pour obtenir des conseils techniques afin de confirmer les chiffres (durée prévue, moyens à engager…) mentionnés dans le plan d’action.

Afin que les informations relatives à la mise en œuvre de l’action soient disponibles pour tous et à tout moment, il convient de consigner chaque étape clé dans un document de suivi qui permettra également d’uniformiser les documents de travail et de pouvoir garder un historique des actions menées au sein de l’entreprise.


Évaluer les actions engagées

Après avoir identifié, hiérarchisé, programmé et mis en œuvre les actions pour améliorer la gestion environnementale de l’entreprise, il est primordial de les évaluer.

Cette étape permet de quantifier (par la mise en place d’indicateurs) et de qualifier les résultats des actions et de visualiser les améliorations réellement apportées.

Au terme de cette évaluation, il sera possible de prévoir et de planifier de nouvelles actions de manière à poursuivre l’amélioration de la performance environnementale.

Cette étape représente donc l’élément final de la démarche engagée, mais puisque le système est basé sur le principe de l’amélioration continue, elle assume également la fonction de point de départ d’un nouveau cycle d’améliorations.

Bilan quantitatif

La manière la plus efficace d’analyser cette évolution passe par le choix et l’utilisation d’indicateurs de performance pertinents, facilement mesurables et compréhensibles par tout un chacun (ex. : nombre d’heures de fonctionnement, nombre de travailleurs, tonnes de produits finis, …). Ceci permettra de comparer l’évolution des données quantitatives en fonction de l’activité de l’entreprise (ex. : tonnes de déchets/tonnes de produit fini, €/travailleur, m³/chiffre d’affaire…)

Notons que le choix de l’indicateur est difficile et délicat. En effet, il doit par exemple être comparable à la production de déchets et doit donc permettre de vérifier que la diminution des coûts de gestion des déchets est liée à l’amélioration du tri.

De manière pratique, en fonction de ce qui a été développé précédemment (« suivre et analyser les factures »), le bilan quantitatif est réalisé en 3 temps :

  • le choix d’indicateurs de performance pertinents
  • la réalisation de graphiques identiques à ceux réalisés lors de l’état des lieux mais avec les données ultérieures à la mise en œuvre des actions
  • la comparaison des données chiffrées actuelles et antérieures en tenant compte des indicateurs de performance

Bilan qualitatif

L’évaluation qualitative vise à avoir un regard critique sur la manière dont les actions se sont déroulées et de vérifier si la méthodologie de travail a été efficace :

  • Le message est-il bien passé auprès des personnes concernées ?
  • La méthode de travail utilisée a-t-elle demandé trop de ressources en temps, en moyens humains,… ? Y a-t-il moyen de l’améliorer ?
  • Les critères de hiérarchisation des actions étaient-ils pertinents ? Faut-il les revoir pour les actions futures ?
  • Le choix des indicateurs de suivi était-il bon ? De nouveaux indicateurs sont-ils nécessaires ?

Évaluer les résultats et prévoir de nouveaux objectifs

Au terme de ces étapes d’analyses qualitative et quantitative, il sera possible de :

  • revoir les actions engagées : les valider ou éventuellement les adapter
  • planifier des actions qui n’avaient pas été déterminées comme prioritaires lors de la première hiérarchisation
  • définir de nouveaux axes stratégiques pour l’amélioration de la gestion des déchets

En plus de cette évaluation finale, il est primordial de prévoir des évaluations périodiques (à une fréquence déterminée) pour communiquer (auprès de l’ensemble du personnel) sur l’état d’avancement des actions et les difficultés rencontrées.


En panne d’inspiration ? La Cellule Environnement de l’UWE propose différentes brochures et fiches infos ainsi que les success stories d’entreprises remarquables répertoriées sur notre site afin d’identifier des idées inspirantes.

La Cellule a également élaboré des outils d’encodage des données (tableurs Excel) pour vous aider dans la réalisation du bilan quantitatif en vous permettant de définir des indicateurs dès le début de l’encodage des informations relatives aux déchets.

Contact

Cellule Environnement de l’Union Wallonne des Entreprises

Active depuis 1994 dans la
sensibilisation des entreprises
à la gestion de l’environnement

Chemin du Stocquoy 3
1300 Wavre | Belgique

T +32 (0) 10 47 19 43
environnement@uwe.be







* Champs obligatoires